Reconnaissance faciale dans les aéroports : ce que vous devez savoir

Depuis le déploiement, au cours des trois premières années environ, principalement dans l’environnement des passagers aériens et un peu dans le maritime, nous avons identifié environ 300 imposteurs utilisant la technologie. Cela ne signifie pas que nous ne les aurions pas autrement identifiés. L’année dernière, aux passages piétons terrestres à la frontière terrestre sud, il en a attrapé environ 1 000 à 1 100.

Notre cas d’utilisation commerciale consiste à identifier les individus à un moment et à un endroit où ils s’attendraient normalement à se présenter pour une vérification d’identité. Nous ne saisissons pas d’images et ne grattons pas les réseaux sociaux. Les personnes présentent un passeport et nous avons un référentiel dans lequel puiser et créer des galeries avant leur arrivée en utilisant des photos de passeport américain et des photos de ceux qui ont demandé des visas. Nous construisons donc ces galeries en milieu aéroportuaire et maritime sur la base des informations déjà fournies pour la vérification d’identité. Nous le comparons aux informations dont nous disposons.

Et nous nous assurons qu’il y a un cryptage sécurisé. Lorsqu’une galerie est créée, cette photo n’est jointe à aucune information et ne peut pas être rétro-conçue pour être compromise. La conception est basée sur les mesures de confidentialité que nous savions devoir mettre en place. Les images pour les citoyens américains sont conservées moins de 12 heures et souvent beaucoup moins.

C’est certainement une chose à laquelle nous sommes très attentifs. Nous nous sommes associés à l’Institut national des normes et de la technologie pour fournir des informations sur le programme. Nos algorithmes hautement performants ne montrent pratiquement aucune différence démontrable en matière de démographie.

Nous affichons des panneaux à tous les points d’entrée. Les personnes qui se retirent doivent en aviser l’agent lors de l’inspection. Il reviendrait alors au processus manuel.

Nous l’avons déployé dans les voies piétonnes aux frontières terrestres. Dans l’environnement aérien, nous couvrons environ 99 % avec l’arrivée simplifiée. La frontière terrestre est la frontière ultime. Nous venons de terminer un projet pilote de 120 jours dans les voies réservées aux voitures à Hidalgo, au Texas, et nous évaluerons le résultat. Aux terminaux de croisière, nous sommes dans la fourchette de 90 %. Nous travaillons avec neuf grands transporteurs dans huit ports d’entrée, dont Miami, Port Canaveral et Port Everglades, tous en Floride.

Nous nous félicitons de l’examen minutieux des groupes de défense de la vie privée. Nous voulons être en mesure de raconter et de partager l’histoire de l’investissement que nous avons fait en matière de protection de la vie privée. Il y a tellement de mythes et tellement de fausses informations qui confondent ce que nous faisons avec la surveillance. Chaque fois qu’une nouvelle technologie est déployée, il y a toujours des préoccupations légitimes. Nous nous félicitons de ces questions. Ils nous aident à mieux répondre lorsque nous construisons ces systèmes.

Elaine Glusac rédige la chronique Frugal Traveler. Suivez-la sur Instagram @eglusac.

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le plus populaire

Period tracking app privacy, Snapchat’s paid subscription, calls for TikTok ban –

Welcome back to This Week in Apps, the weekly TechCrunch series that recaps the latest in mobile OS news, mobile applications and the overall...

Des menus vieux de 130 ans montrent comment le changement climatique affecte ce que nous mangeons

Cette histoire à l'origine est paru dans Hakai Magazine et fait partie de la collaboration Climate Desk.Vancouver, en Colombie-Britannique, n'est rien de moins qu'un...

Le fonds spéculatif cryptographique Three Arrows dépose le bilan

Le fonds spéculatif de crypto-monnaie Three Arrows Capital (3AC) a déposé son bilan en vertu du chapitre 15 dans le but de...