Les réseaux sociaux rendent-ils les ados malheureux ? Cela peut dépendre de leur âge.

Pourtant, les recherches à la recherche d’une relation directe entre les médias sociaux et le bien-être n’ont pas trouvé grand-chose.

“Il y a eu absolument des centaines de ces études, presque toutes montrant des effets assez faibles”, a déclaré Jeff Hancock, psychologue comportemental à l’Université de Stanford, qui a mené une méta-analyse de 226 études de ce type.

Ce qui est remarquable à propos de la nouvelle étude, a déclaré le Dr Hancock, qui n’a pas participé aux travaux, c’est sa portée. Il comprenait deux enquêtes en Grande-Bretagne totalisant 84 000 personnes. L’une de ces enquêtes a suivi plus de 17 000 adolescents âgés de 10 à 21 ans au fil du temps, montrant comment leur consommation de médias sociaux et leur satisfaction à l’égard de la vie ont changé d’une année à l’autre.

“Juste en termes d’échelle, c’est fantastique”, a déclaré le Dr Hancock. La riche analyse basée sur l’âge, a-t-il ajouté, est une amélioration majeure par rapport aux études précédentes, qui avaient tendance à regrouper tous les adolescents. “Les années d’adolescence ne sont pas comme une période constante de la vie de développement – elles apportent des changements rapides”, a-t-il déclaré.

L’étude a révélé qu’au début de l’adolescence, une utilisation intensive des médias sociaux prédisait une baisse des taux de satisfaction à l’égard de la vie un an plus tard. Pour les filles, cette période sensible se situait entre 11 et 13 ans, alors que pour les garçons, elle se situait entre 14 et 15 ans. Le Dr Orben a déclaré que cette différence entre les sexes pourrait simplement être due au fait que les filles ont tendance à atteindre la puberté plus tôt que les garçons.

«Nous savons que les adolescentes traversent beaucoup de développement plus tôt que les garçons», a déclaré le Dr Orben. “Il y a beaucoup de choses qui pourraient être des moteurs potentiels, qu’ils soient sociaux, cognitifs ou biologiques.”

Les garçons et les filles de l’étude ont atteint une deuxième période de sensibilité aux médias sociaux vers l’âge de 19 ans. “C’était assez surprenant car c’était si cohérent d’un sexe à l’autre”, a déclaré le Dr Orben. Vers cet âge, dit-elle, de nombreuses personnes traversent des bouleversements sociaux majeurs – comme commencer l’université, travailler dans un nouvel emploi ou vivre de manière indépendante pour la première fois – qui pourraient changer la façon dont ils interagissent avec les médias sociaux, a-t-elle déclaré.

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le plus populaire

Maîtriser plusieurs moniteurs sous Windows

Lorsqu'il s'agit d'améliorer votre productivité, de nombreux aspects de la configuration de votre PC peuvent avoir un impact positif. Un processeur...

Le mystère de la disparition des baleines d’Alaska

Cette histoire à l'origine est apparu dans Undark et fait partie de la collaboration Climate Desk.Lorsque Roswell Schaeffer Sr. avait 8 ans, son père...