L’EPA va de l’avant sur les actions d’OT sans terminer l’examen de la valeur controversée de l’IRIS ou de son utilisation dans l’élaboration de règles | Beveridge & Diamant PC

Points clés à retenir

  • L’oxyde d’éthylène (EO) reste une priorité élevée pour l’Agence de protection de l’environnement Biden (EPA) du point de vue des risques et de la justice environnementale. Attendez-vous à ce que ces projecteurs se poursuivent l’année prochaine et au-delà.
  • En réponse aux critiques de son Bureau de l’inspecteur général (OIG), l’EPA a avancé avec un certain nombre de résolutions proposées. Ceux-ci inclus:
    • Plusieurs réunions publiques pour informer les communautés des risques présumés que l’Agence soutient que l’OT pose. La plupart de ces réunions ont eu lieu au Texas et en Louisiane dans les installations de fabrication d’EO ; plusieurs réunions ont été assez litigieuses.
    • Demandes d’informations sur les catégories de sources émettrices d’OE et de chloroprène. Au cours de l’été, l’EPA a prolongé la demande d’informations de l’année dernière dans le cadre de son examen du stérilisateur MACT. L’EPA a également annoncé récemment son intention d’envoyer une demande d’informations aux fabricants d’OE dans le cadre de son examen du NESHAP (HON) sur les matières organiques dangereuses.
  • De plus, l’EPA continue de défendre la valeur controversée du système intégré d’information sur les risques (IRIS) pour l’OT. Bien que l’EPA ait finalement – après des années de retard – accepté de revoir son “utilisation” de l’OE IRIS dans l’examen des risques résiduels et de la technologie de fabrication de produits chimiques organiques divers (MON RTR), l’Agence (ainsi que les avocats des États et des plaignants) continue de aller de l’avant comme si la valeur IRIS était incontestée. Ce n’est pas.
  • Les entreprises concernées doivent dès maintenant prendre des mesures proactives pour identifier, comprendre et gérer les risques liés à l’attention accrue portée aux émissions d’OE à la suite de nouvelles réglementations, de cas d’application de la loi et de litiges en matière de délits toxiques.

Communications sur les risques communautaires

Au cours de l’été et à l’automne, l’EPA a organisé plusieurs réunions de sensibilisation communautaires spécifiques aux installations, principalement dans la région 6, pour communiquer les vues de l’Agence sur les risques accrus d’EO. Les réunions étaient une conséquence du différend en cours entre l’EPA et l’OIG au sujet des communications de l’EPA aux résidents à proximité de 25 installations émettant de l’OE.

Les réunions variaient dans leur ordre du jour, le niveau de participation du public, les conflits et le temps alloué aux représentants de l’industrie. Plusieurs ont mis en évidence des attitudes communautaires chargées envers l’EPA, les agences d’État et l’industrie. Dans la plupart des réunions, les intervenants de l’industrie ont eu peu d’occasions de participer. L’EPA a déclaré qu’elle répondrait à toutes les questions soulevées lors des réunions sur son site Web, mais ne l’a pas encore fait.

Malgré ces efforts, l’OIG reste insatisfait de la proposition de l’EPA d’élaborer des procédures pour communiquer les risques de toxicité atmosphérique. L’OIG avait précédemment conclu que la région 5 avait retardé la publication d’informations sur l’installation de Sterigenics à Willowbrook, dans l’Illinois, pour des raisons politiques. En réponse, l’EPA a proposé d’élaborer des procédures opérationnelles pour communiquer les risques à ses « partenaires ». En novembre, l’OIG a insisté sur le fait que sa directive était que l’Agence élabore des procédures de communication pour le public, et pas seulement pour les « partenaires » de l’EPA.

Examens des risques résiduels et de la technologie

L’OIG a également demandé à l’EPA de mener de nouveaux examens des risques résiduels et de la technologie (RTR) pour de nombreuses catégories de sources sur la base des valeurs mises à jour de l’EPA pour l’OE et le chloroprène IRIS et «pour parvenir à la justice environnementale». Entre autres, l’OIG a identifié les catégories de sources de polymères et de résines du groupe I, l’industrie de fabrication de produits chimiques organiques synthétiques, les polyéther polyols, les stérilisateurs commerciaux et les stérilisateurs hospitaliers.

En mai, l’EPA a annoncé le renouvellement de la demande de collecte d’informations de l’année dernière pour le stérilisateur MACT (40 CFR Part 63 Subpart O). 85 féd. Rég. 35931 (12 juin 2020). Séparément, en octobre, treize installations de stérilisation ont été informées que l’EPA envisageait de les obliger à signaler les rejets d’OE en vertu de la loi sur la planification d’urgence et le droit de savoir de la communauté.

Plus récemment, fin novembre, l’EPA a annoncé à l’industrie son intention d’envoyer des demandes d’informations à plusieurs fabricants de produits chimiques, y compris des fabricants d’OE, dans le cadre de son examen du HON (40 CFR Part 63, Subparts F, G, H et I). La demande d’information nécessiterait une surveillance des clôtures de plusieurs polluants atmosphériques dangereux, y compris l’OE, des tests de cheminée et des tests de dispositifs de contrôle. L’EPA déclare qu’elle prévoit de publier des propositions de révisions du HON d’ici la fin de 2022 et une règle finale d’ici 2024.

L’EPA accepte de revoir l’utilisation de la valeur IRIS

La base de toutes les actions de l’EPA reste la valeur controversée de l’EO IRIS. Comme nous l’avons noté précédemment, cette valeur d’OT a fait l’objet d’attaques considérables pour être scientifiquement défectueuse – à tel point que la Commission du Texas sur la qualité de l’environnement (TCEQ) a pris des mesures pour développer son propre niveau de dépistage des effets (ESL) pour l’EO. La norme TCEQ estime que le risque d’EO est d’un ordre de grandeur inférieur à celui de l’EPA.

En juin, après des années de report, l’EPA a finalement accordé le réexamen de son “utilisation” de la valeur IRIS dans le développement du MON RTR. 84 féd. Rég. 69182 (17 décembre 2019) (proposition MON) ; 85 féd. Rég. 49084 (12 août 2020) (Règle finale du MON). L’EPA a également accepté de reconsidérer le TCEQ EO ESL. Le moment de cet examen n’est pas clair. Néanmoins, l’EPA avance rapidement sur de multiples initiatives qui reposent sur une valeur IRIS que l’industrie et certains États considèrent comme fondamentalement erronée.

* * * * *

L’impact de la valeur IRIS de l’EPA continue de s’étendre bien au-delà de l’EPA. Plusieurs États (par exemple, la Géorgie et l’Illinois) vont également de l’avant avec leurs propres normes d’OT restrictives, justifiées par la valeur IRIS. Dans plusieurs juridictions, les poursuites en responsabilité civile délictuelle citent la valeur IRIS comme base pour établir le risque et la causalité. Les groupes environnementaux tirent également la sonnette d’alarme sur l’OT, demandent de nouvelles règles et invoquent des considérations de justice environnementale. En effet, les propres critiques de l’OIG à l’égard de l’EPA découlent de ses hypothèses selon lesquelles la valeur IRIS est correcte.

Avec tout cet élan qui l’a précédé, 2022 est sur le point d’être une autre année dynamique d’activité juridique sur l’OT. Entre-temps, de sérieuses questions sur les fondements scientifiques de la valeur EO IRIS restent sans réponse.

[View source.]

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le plus populaire

La nouvelle bande-annonce de Last of Us montre à quoi Ellie et Joel sont confrontés

La bande-annonce officielle de HBO pour The Last of Us montre la dynamique entre Joel (Pedro Pascal) et Ellie (Bella Ramsey) alors que les...

Examen à long terme : Apple Watch Series 8 – Le meilleur s’améliore

Située entre la nouvelle Apple Watch Ultra (la variante haut de gamme conçue pour les activités de plein air et les athlètes) et l'Apple...

Maîtriser plusieurs moniteurs sous Windows

Lorsqu'il s'agit d'améliorer votre productivité, de nombreux aspects de la configuration de votre PC peuvent avoir un impact positif. Un processeur...