Avez-vous le mal des transports ? Cela pourrait expliquer pourquoi et quoi faire à ce sujet

Si vous êtes quelqu’un qui souffre du mal des transports, voyager dans de nombreux types de véhicules peut être difficile en raison d’une foule de symptômes comme des étourdissements, des étourdissements, des nausées et même des vomissements. Mais il n’est pas tout à fait clair pourquoi certaines personnes peuvent lire et jouer à des jeux sur leur téléphone pendant un long trajet en voiture tandis que d’autres passent le voyage à essayer désespérément de ne pas être malades.

On ne sait pas non plus pourquoi certaines personnes ne ressentent le mal des transports que dans certains types de véhicules et pas dans d’autres.

Mais il existe deux théories qui pourraient aider à expliquer ce qui se passe.

La théorie du conflit sensoriel propose qu’un acteur clé du mal des transports soit notre système d’équilibre. L’équilibre n’est pas maintenu par un seul organe sensoriel. Au contraire, il combine ce que nous voyons et ressentons avec les informations de l’organe de l’équilibre dans nos oreilles internes, ce qui aide notre système d’équilibre à déterminer exactement où nous nous trouvons.

Si les informations de nos yeux, de nos oreilles internes et de nos sens du toucher ou de la pression ne correspondent pas, nous pouvons nous sentir déséquilibrés ou instables. C’est pourquoi on pense que le mal des transports est causé par une inadéquation des informations provenant de nos sens – nos yeux et notre oreille interne indiquant à notre corps que nous bougeons, même si nous sommes assis immobiles.

C’est aussi pourquoi moins nous éprouvons d’inadéquation sensorielle dans un véhicule, moins nous sommes susceptibles d’avoir le mal des transports. Par exemple, voyager en voiture sur une route lisse et droite entraînera moins de décalage sensoriel que voyager sur une route sinueuse avec beaucoup de nids-de-poule.

Cette théorie est actuellement considérée comme l’explication la plus solide du mal des transports, même si nous essayons toujours de comprendre les mécanismes cérébraux qui causent le mal des transports.

Une théorie alternative (mais connexe) suggère que tout dépend du contrôle de la posture. Selon cette théorie, le mal des transports ne se produit pas uniquement à cause de l’inadéquation des informations sensorielles.

C’est plutôt notre incapacité à ajuster notre posture pour réduire cette inadéquation des informations sensorielles qui nous donne la nausée. Bien que cela ait du sens – d’autant plus que nous ne pouvons pas toujours nous déplacer lorsque nous voyageons – il n’y a pas beaucoup de preuves pour étayer cette théorie.

Pas de raison unique

Le mal des transports affecte les gens différemment, et il n’y a pas une seule raison pour laquelle certaines personnes en souffrent plus fréquemment que d’autres. Mais les différences dans le fonctionnement des systèmes de vision et d’équilibre d’une personne affecteront la façon dont elle se sentira dans différents types de véhicules.

Certains troubles, notamment la migraine et les maladies de l’oreille interne, comme la maladie de Ménière, augmentent la probabilité de souffrir du mal des transports. L’âge et le sexe peuvent également affecter la probabilité de souffrir du mal des transports – certaines recherches suggérant que les expériences culminent vers l’âge de neuf ou dix ans et sont plus fréquentes chez les femmes. Cependant, on ne sait pas pourquoi cela peut être le cas.

Le type de véhicule dans lequel les gens voyagent aura également une certaine incidence sur la quantité de mal des transports qu’une personne peut ressentir. De manière générale, tout facteur qui augmente l’inadéquation entre chacun des sens qui contribuent à notre système d’équilibre augmentera le risque de mal des transports.

Plus l’expérience dure longtemps et plus la taille du mouvement est importante, plus les symptômes s’aggravent. Par exemple, voyager sur un petit bateau dans une tempête pendant plus de huit heures provoquera des symptômes assez graves – alors qu’un voyage en train d’une heure aura probablement peu d’effet, même si la piste n’est pas parfaitement lisse.

De nombreuses personnes déclarent également souffrir du mal des transports lorsqu’elles sont passagers, et non lorsqu’elles conduisent un véhicule. C’est probablement parce que les conducteurs sont (sans surprise) bien meilleurs pour anticiper le mouvement d’un véhicule et bougent leur corps en fonction du mouvement du véhicule.

Par exemple, si une voiture se déplace dans un virage serré, le conducteur va regarder vers l’avant et anticiper le mouvement de la voiture lorsqu’il tourne – tandis qu’un passager est susceptible de réagir lorsque le virage se produit en se penchant dans la direction opposée.

Le mal des transports ne se limite pas non plus au “monde réel”, le cybermalaise étant un autre type de mal des transports que les gens attrapent dans les environnements virtuels, souvent en jouant à des jeux vidéo. Cela se produit probablement à cause du conflit sensoriel de voir l’environnement bouger sur l’écran alors que le corps reste immobile.

Regarder des films en 3D au cinéma peut provoquer le mal des transports pour la même raison.

Si vous êtes quelqu’un qui souffre du mal des transports, la meilleure chose à faire la prochaine fois que vous serez dans un véhicule est d’essayer de réduire l’inadéquation des informations sensorielles. Évitez donc de lire dans la voiture – car cela provoque un décalage entre ce que nous voyons et ce que nous ressentons – et essayez plutôt de regarder par la fenêtre.

Cela peut aider à réduire les nausées car les informations visuelles correspondent désormais mieux aux informations d’équilibre dans notre oreille interne. Il en va de même pour les bateaux et les trains – se concentrer sur le paysage qui passe peut réduire les symptômes.

D’autres conseils pour réduire le mal des transports incluent ne pas prendre de repas copieux avant le voyage, ventiler le véhicule et faire des arrêts réguliers (si possible).

Mais si ces conseils ne suffisent pas à lutter contre les symptômes, l’utilisation d’un médicament contre le mal des transports peut aider. Ceux-ci réduisent l’activité du système d’équilibre du cerveau ou réduisent le nombre de signaux que le cerveau envoie à l’intestin, ce qui peut aider à arrêter les nausées et les vomissements.

Saima Rajasingam, maître de conférences, audiologie, Université Anglia Ruskin.

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article d’origine.

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Le plus populaire

Regardez les Steelers de Pittsburgh contre les Browns de Cleveland lors du football du jeudi soir

Thursday Night Football – c'est-à-dire les matchs de la NFL du jeudi soir – sont maintenant sur Amazon Prime Video et uniquement en streaming...

Revue Focal Utopia : préparez-vous à des expériences audio révélatrices

En un coup d'œilNote d'expert AvantagesDes performances époustouflantesConnexions équilibrées et déséquilibréesBeau design et qualité de construction exceptionnelleIncroyablement confortable pour les longues sessions d'écouteLes inconvénientsLes marquages...

Modder transforme les toilettes en un PC de jeu entièrement fonctionnel

En bref : les smartphones, les consoles de jeux portables et même les ordinateurs portables ont le droit de jouer à des jeux haut de...